Toute perspective de croissance est une perspective à long terme. C’est pourquoi la croissance implique de la patience, de la persévérance et un regard qui considère la transformation dans son ensemble afin d’éviter tout découragement.

La croissance ne doit ni être retardé ni précipité mais soutenue à un rythme qui associe souplesse et fermeté. Il s’agit dans un premier temps de prendre appui sur ce qui nous fonde car l’enracinement permet de s’élever et de grandir. Puis, en s’appuyant sur de petites choses, par-delà tout attachement ou détachement, être vigilant à rectifier sans cesse son orientation dans un effort continue de progression.

La progression ainsi est graduelle et se fonde sur l’apprentissage que permettent les difficultés traversées. Avec le temps, un fruit viendra, une nouvelle situation apparaîtra, d’autant plus sûrement qu’en chaque acte, on aura su rester en harmonie avec l’instant.

La transformation s’opère à travers les règles suivantes :

Dans un premier temps la croissance nécessite une ferme résolution. C’est pourquoi il convient de rendre cohérentes les forces et la détermination dans lesquelles elle pourra s’enraciner.

Ensuite il faut doser intériorisation et extériorisation, force et souplesse. La cohésion des forces est ce qui permet la souplesse. La force provient de la justesse de l’action au regard de ce qui nous fonde. La souplesse consiste à accepter de progresser par étapes.

Puis vient un temps où il s’agit de durer dans la confiance malgré l’apparente absence de résultats. Ne pas agir de façon impulsive. Ne pas se poser trop de questions. Les fruits de l’action viendront en leur temps.

Avec le temps, le maintien de l’orientation en accord juste et souple avec l’instant crée un lien entre l’enracinement et le mouvement de la croissance. Ce lien unifie et organise les forces autour d’un centre. Premier fruit. D’autres fruits apparaitront.

La progression devenant plus facile, faire alors attention à ne pas se laisser aller à l’ivresse du succès. Il importe d’entretenir la progression en demeurant l’esprit ouvert et souple. Continuer à favoriser une progression par étapes en lien avec le centre qui est apparu.

Croître vers soi n’a pas de fin. Quel que soit le contexte, des fruits apparaissent pour celui qui entretien la progression. Toutefois, dès qu’il s’accroche à ces fruits, il se perd. Trouver le maître, ici, c’est abandonner l’illusion de la fin et se nourrir du réel, sans cesse changeant.

Partager