La force véritable consiste à savoir maîtriser son énergie pour l’utiliser avec justesse et la rendre féconde. Utiliser la force avec justesse c’est en faire usage sans risquer de se blesser ou de blesser autrui. La rendre féconde, c’est choisir toujours davantage ce qui la rendra bénéfique à la réalisation de soi et à celle des autres.

La force véritable est synonyme de puissance et l’efficacité de la puissance se déploie lorsque l’on n’abuse pas de l’aisance qu’elle procure. La force vraiment grande ne s’exerce pas dans la violence mais avec justesse, c’est-à-dire dans l’adéquation au réel. Aussi, ne pas confondre violence et puissance c’est savoir retenir sa force, ne pas se précipiter et attendre le moment opportun.

La transformation s’opère à travers les règles suivantes

La force peut se manifester comme une envie irrépressible d’agir. Aussi convient-il de commencer par l’enraciner en soi sans se laisser emporter par elle. Ce qui ne veut pas dire l’enterrer, car ce qui est trop contrôlé risque de s’exprimer violemment. Utiliser la force avec justesse, c’est être attentif à ne pas en faire un usage rigide sans toutefois trop la restreindre.

Avoir du pouvoir ce n’est pas exercer un pouvoir, c’est être puissant. Et la puissance s’exprime dans le passage de l’usage de la force à sa maîtrise. Si vaincre autrui c’est posséder de la force, être puissant c’est se vaincre soi-même disait Laozi. Agir avec une retenue qui mêle la fermeté à la douceur manifeste la stabilisation de la force qui permet son juste déploiement.

Celui qui ne sait que réagir sans prendre de recul est tenté de forcer les situations sans s’y conformer. L’homme puissant au contraire, n’agit pas contre les circonstances. Sa force réside dans sa capacité au « non-agir », c‘est-à-dire à un agir qui ne va pas à l’encontre du déploiement naturel des choses.

La force efficace est aussi habileté à utiliser les possibilités de la situation pour la faire progresser sans forcer et pour le bénéfice de chacun. Etre actif sans être confrontant, user de ses talents sans en abuser, utiliser la force sans la manifester à l’excès sont autant de manière de rendre la force féconde et puissamment efficace.

Quoi que l’on fasse, certaines situations sont favorables, d’autres ne le sont pas. Il ne sert parfois à rien de combattre, car tout ne peut pas être évité. Dans ce cas, une action enracinée en soi peut encore être profitable. La force consistera alors à savoir tirer profit de sa faiblesse en observant comment apprendre de la retenue même.

Enfin, lorsque l’on ne peut ni avancer ni reculer, on risque d’agir instinctivement avec force alors que l’on est sans force. Ici encore la force non maîtrisée ne conduit à rien de profitable. La maîtriser consiste alors à savoir contrôler son instinct et à observer les écueils de la situation en soi pour pouvoir en sortir.

Partager