Par cgb.fr [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons– Voir sur Wikimedia –

J’ai trouvé dans le symbolisme attaché à Janus assez de points communs avec le processus thérapeutique pour décider d’en faire un des emblèmes de mon site. Pourquoi ? Un peu de mythologie le fera comprendre …

On ne connaît pas l’origine du dieu Janus mais on sait que Janus fut avant tout un dieu solaire. Il serait aussi ancien que le monde dont il est le gardien, de même qu’il est le gardien des portes qu’il ouvre ou qu’il ferme et de tous les mouvements de passage correspondants. C’est pourquoi il a pour insignes la clé qui ouvre et ferme la porte et la baguette pour écarter tout ce qui ne doit pas en franchir le seuil.

Son histoire commence lorsqu’il recueille Saturne chassé des cieux qui en remerciement lui offre le don de la « double science » du passé et de l’avenir, d’où sa représentation avec deux visages, deux regards, orientés dans des sens opposés. Mais il était aussi parfois représenté avec quatre visages lui permettant de voir dans toutes les directions, les quatre points cardinaux et les quatre saisons.

Ces regards permettent à Janus de surveiller le dehors et l’intérieur, l’accès et la sortie. Janus est le dieu qui préside à toutes les transitions et à tous les passages et est en conséquence celui des commencements. A l’origine de tous les commencements il est appelé le père du temps. Et ses regards qui ne peuvent se croiser disent aussi que le présent est le lieu du véritable visage de Janus, celui invisible de l’instant présent et de la présence.

Un autre aspect important du symbolisme de Janus est que ses visages sont souvent ceux d’un homme âgé et d’une figure plus jeune féminine. Ce qui fait de Janus un dieu androgyne.

Enfin, Janus est le dieu et le gardien de la paix. À Rome, les portes de son temple étaient ouvertes en temps de guerre, pour montrer qu’il était parti combattre et fermées en temps de paix. Il veillait alors sur la ville.

Du symbolisme de Janus au processus thérapeutique.

Janus gardien des portes et des passages me semblait particulièrement le bienvenu pour symboliser le processus thérapeutique. Car si les raisons d’entreprendre une thérapie sont multiples, elles ont toutes un point commun : quelque chose ne va pas. Il est difficile d’en parler, d’en dire quelque chose… une porte semble fermée. Porte de la santé, de l’amour, du sens de la vie … Comment ouvrir à nouveau cette porte et comment la franchir sont les questions posées.

Ensuite, le don de « double science » de Janus peut se rapprocher des moments d’une thérapie ou sont regardés l’arrière et le devant de la scène, les héritages du passé et les chemins du futur, les passages de mémoires douloureuses vers une vie plus épanouie. Cette double-vue s’applique aussi à la mise en relation de l’inconscient et du conscient.

Du visage invisible de Janus, celui de l’instant présent et de la présence, on peut dire qu’il est vraiment celui dont le processus thérapeutique cherche à se rapprocher : une présence à soi, aux autres et au monde, non distordue par le croisement des mémoires et des espoirs.

Du symbolisme de Janus androgyne on pourra rapprocher le mélange « féminin-masculin » qui apparaît au cours du processus. Il s’agira alors de trouver le passage de l’indifférenciation dont il est le signe à une conjonction des opposés, le plus souvent représentée par des structures quaternaires et à rapprocher du Janus à quatre visages.

Enfin, avant d’entreprendre une thérapie, un avertissement s’impose : une thérapie n’est pas une partie de plaisir, cela ressemble plutôt parfois à une guerre ! Ce qui fait que Janus gardien de la paix s’imposait !

Partager